Aptitudes de la race pyrénéenne à valoriser la broussaille : une opportunité pour les éleveurs et pour le territoire

Entre avril et septembre 2019, Solène Le Goff, étudiante en Licence Pro Gestion et Animation des Espaces Montagnards et Pastoraux, a réalisé un stage pour l’association Chèvre des Pyrénées.

L’objectif consistait à créer un support de promotion de la race chèvre des Pyrénées comme solution valable pour la gestion des espaces en déprise et notamment pour les zones qui présentent des végétations peu consommées par les espèces bovines et ovines (ronciers, arbustes envahissants, recrûs de ligneux…). En effet, la chèvre des Pyrénées a une appétence marquée pour la feuille, et tout particulièrement pour la ronce, ce qui en fait une débroussailleuse écologique hors pair, adaptée aux zones délaissées ou zones intermédiaires de moyenne montagne, aux secteurs embroussaillés au sein des fermes ou en marge de certaines estives. Et si la chèvre des Pyrénées a réellement un impact en permettant l’ouverture des milieux embroussaillés, ces milieux sont aussi une ressource fourragère de qualité pour cette race, alors même qu’ils sont souvent délaissés par d’autres espèces et désignés comme impropres à la valorisation par les systèmes agricoles classiques. La race pyrénéenne permet finalement d’ouvrir de nouvelles opportunités pour ces espaces, qui peuvent éventuellement être réinvestis ensuite de façon pérenne par d’autres troupeaux (brebis, vaches, chevaux).

Le support de promotion issu de ce travail de stage est en cours d’élaboration : il prendra la forme d’un recueil de témoignages illustré par des situations réelles où la race pyrénéenne a non seulement permis de valoriser des secteurs délaissés, mais a également apporté un « plus » (gain de temps pour l’entretien, abandon de produits chimiques, production de viande/de fromage/de fumier, etc…)

En attendant sa publication, le mémoire de Solène Le Goff est téléchargeable ici :

L’association remercie vivement Solène pour son enthousiasme au cours de ce travail de stage!

Les éleveurs concernés par cette problématique et disposant de photos « avant/après » le passage des chèvres pyrénéennes sont invités à les transmettre à l’association pour illustrer cette thématique …

Ce contenu a été publié dans Bon à savoir, Dernières actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.